Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2013

Hommage à Mouloud Mammeri (YAHIA YANES)

 

J’ai rendu hommage dans mes ouvrages : ’’ Inzan n Tmaziγt n Leqbayel ‘’ (Proverbes Berbères de Kabylie), ‘’Tijmilin‘’ (Les hommages) et ‘’ Tullizin ’’ (Nouvelles) à  ce grand homme universel.

 

Né le 28 décembre 1917 à Taourirt Mimoun en haute Kabylie.

Décédé le 26 février 1989 dans une embuscade meurtrière, qui eut lieu près d’Aïn-Defla à son retour d'un colloque) sur l'Amazighité à Oujda (Maroc.

Grand écrivain et chercheur pluridisciplinaire, célèbre ethnologue et anthropologue, père spirituel de la langue et la culture amazigh, ancien directeur du CRAPE (Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques d’Alger),et directeur de la revue Lybica.

Fondateur du centre d’études de recherches amazigh et de la revue Awal à Paris.

Professeur à l’université d’Alger et l’un des pères-fondateurs de la littérature algérienne d’expression française avec: Mouloud Feraoun, Jean Lmouhoub Amrouche et sa sœur Taos Amrouche, Mohammed Dib et Kateb Yacine.

Il fut le premier président de l’Union des écrivains algériens en 1963.

Avec sa plume acerbe et flamboyante, il participa à la révolution algérienne sous le pseudonyme de Brahim Bouakkaz.

Il fera entendre la voix des Algériens opprimés avec des lettres adressées à la délégation du FLN à l’ONU, dans lesquelles il dénonçait les pratiques des colonialistes français.

Il mettait sa plume au service de la révolution algérienne avec des rapports acheminés vers l’ONU pour M’hamed Yazid, membre du CNRA, et de la délégation extérieure du FLN.

Intellectuel lucide, il était l’un des porte-paroles de son pays.


YANES Yahia_Hommage.jpg


À Mouloud Mammeri.

 

Ce démiurge et défricheur de signes,

Ce précurseur et immense érudit,

Qui nous a transmis le testament identitaire et culturel.

Ce démocrate impénitent et pionnier solitaire,

Armé d’une immense culture.

Cet éminent chercheur pluridisciplinaire.

 

** * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

Symbole de la sincérité et de l’humilité,

Symbole de la vérité et de la démocratie en Algérie,

Symbole de liberté et de la cause amazighe,

Symbole de la résistance et de la fraternité,

Symbole des cultures et des causes justes.

 

YAHIA YANES.

 

 

Dda Lmulud. (Asefru)

Win k-ittun mačči d ayla-k
Ayla-k d awezγi a k-yettu
Wi nudan laṣel-is yufa-k
D agerruj ur nfennu.

* * * * * * * * * * * * * 


Telliḍ γas kečč ulac-ik
Ulac-ik lebda telliḍ
Iṭij n Tmazγa i dahen-ik
Di tziri-s id-tettγimid.


* * * * * * * * * * * * * 

Ma jgugleγ deg yiseggassen
Nudaγ tamazγa si rrif
Ma rriγ leqrun d ismawen
Yal yiwen ad yeg aγilif
Akal yeswan s idammen
Yennum ugujil lḥif
Wid iddan γef tidedtt sawḍen
S tayri i rran asurif.


* * * * * * * * * * * * * 

Wa s lkif wa s uεekkaz
Tawrirt akken a tettwattu
Kfenen-t aẓekka a s-yeqqaz
S amesen-as yal aγurru
Nwan wi illan d aḥerraz
Yeshel mi is-heggan ussu
Γas texṛeb a tt-nefrez
Macahu d tellem cahu.


* * * * * * * * * * * * *

Macahu d tellem cahu
A tarwa ḥadret tatut
Uḥdiq ma rran-t d amenzu
Yettḥebbir i tneggarut
S udfel d ugris yettruẓu
I yessen azal i tefsut
Yeẓra i d as-d-yebbwi usefru
Asmi akken taεreq tsarut.


* * * * * * * * * * * * * 

Mačči d nekk-ik-id-yudren
D awal win mi i tegiḍ llsas
Mačči d nekk-ik-id-yudren
D imru-k ur ḥebbsen leḥbas
Mačči d nekk-ik-id-yudren
D idlisen-ik yal s lqima-s
Γas d iles-iw a k-id-yudren
D kečč i s-yerẓan tillas:
Dda Lmulud tinemirin n Ṛebbi fell-ak
Abrid-ik deg-s nedda.

YAHIA YANES. (Enseignant, poète et écrivain)

 

 
YANES_Timucuha n temnadt n Leqbayel. (Contes berbères de Kabylie)_2012_couv1.jpgYahia YANES

Hommages (tijmilin) et contes berbères de Kabylie (timucuha n temnadt n leqbayel)


Ouvrage bilingue


Éditions «Richa Elsam»

 

2012

 

 

 



 

En savoir plus : Article de Slimane CHABANE

 

LITTÉRATURE : Yahia YANES publie sa première œuvre.

 

Yahia Yanes est un auteur qui écrit sans trop se formaliser de règles et/ou de normes littéraires. Quoiqu’à notre époque, les écrivains, en dehors d’un style qui est propre à tout un chacun, ont ... pratiquement abandonné les «restrictions» de l’écriture, lui préférant la liberté dans l’expression à défaut de liberté d’expression. Notre auteur, à ses tout débuts, a déjà choisi sa «voie» quand tous les chemins qui mènent à Rome ne permettent pas vraiment d’y parvenir.

Yahia Yanes vient de faire éditer chez les éditions «Richa Elsam» un ouvrage bilingue, tamazight et français, où se mêlent hommages (tijmilin) et contes berbères de Kabylie (timucuha n temnadt n leqbayel). Les hommages concernent tout particulièrement Hérodote, l’écrivain grec, Ibn Khaldoun et Mouloud Mammeri. Trois géants, qui, quand ils ne sont pas berbères (le cas de Hérodote) ont beaucoup écrit sur les Imazighen, contribuant ainsi, chacun à sa manière, à sauver de l’oubli mais aussi à promouvoir et à faire connaître leur culture et leur civilisation. L’auteur, en s’adonnant à ce panachage et à ce mélange des genres, sans se soucier de la réaction des gardiens du temple, a justifié son choix par la dimension et l’éminence des ces deux savants, l’un, Hérodote, père de l’Histoire, l’autre, Ibn Khaldoun, fondateur de la sociologie moderne.

Yahia Yanes avant de publier cette première œuvre, s’est essayé à plusieurs métiers, tels que l’informatique, le froid industriel, l’enseignement de la langue amazighe ainsi que des activités commerciales et sportives. C’est dans ce domaine qu’il excellera le plus et gardera longtemps le cap en tant que responsable mais également en tant que pratiquant, notamment des Arts martiaux.

Né le 03 janvier 1967 à Iwadiyan (Les Ouadhias) wilaya de Tizi-Ouzou, l’auteur est membre fondateur de plusieurs associations culturelles et sportives. Les 36 contes qu’il publie dans cette œuvre font référence aux sagesses et aux valeurs berbères faites de solidarité, de confiance, de générosité, d’honneur avec le travail et le courage bien côtés, le tout de temps à autre, représenté par des animaux.

 

Slimane Chabane.

Journal courrier d’Algérie.

Quotidien d’information page culturelle n°11.

Édition du Dimanche 08 Juillet 2012 n°2539.

 

05/01/2013

Les Qanouns kabyles (Mustapha GAHLOUZ)

 

L'exemple de tous les abus : le cas de l'exhérédation des femmes en Kabylie.

 

La comparaison avec la législation musulmane et le constat de sa non-application en matière successorale en Kabylie a fait écrire à beaucoup d'auteurs que la coutume kabyle se détachait complètement des applications civiles du Coran. Cette affirmation simpliste n'est établie qu'à partir et exclusivement du fait, exact par ailleurs, de l'exhérédation des femmes chez les Kabyles, encore que ce ne sont pas toutes les localités de la Kabyliequi l'ont adoptée[1]. Elle suppose que les Berbères ont opéré une distinction entre la religion et le droit, voire même que la coutume kabyle, à la différence du droit musulman, serait imprégnée de laïcité. Pourtant, il est indiscutable, qu'à l'origine, les Kabyles ont observé cette règle coranique qui fait de la femme une héritière. Hanoteau et Letourneux[2], en conviennent, eux qui publient deux actes de renonciations faits par des femmes à leur part dans les successions de leurs parents, actes datant de 1728 et 1734. Les Kabyles recouraient, au même titre que les autres Nord-Africains, au habous pour déshériter les femmes.

 

C'est en 1748 que les tribus des At Iraten, des At Frawsen, des At Itturey et une partie des tribus des At Jennad et des At Yubri, réunies au village d’Agwmum, au lieu-dit Tizra Ugwemmum, prirent la décision solennelle d'exclure la femme de l'héritage. En souvenir de cet événement, il fut même érigé une pierre salique à Djemaâ-Saharidj. En 1749 (an 1162 de l'hégire), la taqbilt (confédération) des At Betrun qui comprenait les tribus des At Yenni, At Wasif, At Buakkac, At Budrar, et celle des At Ubelqasem, aujourd'hui disparue (les villages la composant s'étant fondus dans les deux tribus des At Yanni et des At Budrar), se réunirent à leur tour aux At Wasif près de la mosquée de Tahamant pour décider de l'abolition de l'héritage des femmes[3].

 

Djemaa-Saharidj_Pierre salique_ph-Les-Tizis.jpg

 

Le texte[4] qui en a résulté comporte certaines précisions qu'il est utile de reprendre ici :

 

Le Très-Haut dans les décrets de Sa toute-puissance voulant faire prospérer le marché du samedi des Beni-Ouacifs, les marabouts des Beni-Betroun s’y réunirent avec les personnes irréprochables de leurs villages et l’imam de la mosquée de Tahamant.

Tout le monde se plaignit d'un état de choses dommageable, source de discordes, de troubles et de conflits dans les villages, les tribus et la confédération des Beni-Betroun. L'assemblée générale prononça donc à l'unanimité des voix :

- L'exhérédation de la femme.

- L'extinction du droit de retrait sur les biens immobiliers.

- L’extinction du droit de préemption pour les filles, les sœurs et les orphelins.

- La déchéance du droit au don nuptial pour la femme répudiée ou veuve.

 

Cette décision, applicable aux Beni-Betroun et à leurs alliés, est prise d'un commun accord. Vouloir remettre en vigueur les anciennes dispositions serait inique -et l'iniquité est chose réprouvée- car l'autorité de la coutume et de l’usage est inviolable et sacrée comme une autorité souveraine. Vouloir enfreindre et violer ce qui vient d'être établi serait provoquer des calamités, et attiser le feu de la discorde dont le Prophète a dit : « La discorde est incendiaire. Dieu maudisse qui l'allume et soit clément pour qui l'apaise ! »

Que tout profanateur de ce que nous consacrons ici soit accablé par le Seigneur sous l’opprobre, l'angoisse, la misère et l'ignominie dans ce monde et dans l'autre, qu'il soit de notre génération, de celles de nos enfants ou de nos petits-enfants jusqu'à la fin des temps ! Que nos marabouts et nos notables coupables de transgression soient frappés du même anathème ! Dieu leur en demandera compte.

 

 

Les décisions, comme on le remarque, vont au-delà de la "simple" exhérédation des femmes ; elles touchent à d'autres droits annexes (droit de préemption, de retrait, droit au don nuptial pour la femme veuve ou répudiée). La position des marabouts ne saurait, nous semble-t-il, s'assimiler à ce qui est souvent rapporté dans la littérature, à une "caution" islamique apportée aux décisions prises par les Kabyles. Dans le texte, les décisions prises les engagent fortement, puisqu'ils se promettent une série de malédictions au cas où ils les transgresseraient. Pour ce qui concerne les décisions prises et qui transgressent manifestement la loi coranique en matière d'héritage, il est tout de même significatif qu'elles aient fait appel au consentement de l'ensemble des tribus de la confédération. Du point de vue de sa justification, cette transgression de la loi coranique avait, tel que le rapporte le document une raison principale à savoir, éviter la discorde          (fitna)[5]». Or, la fitna (discorde) est considérée comme le pire des désordres qui puisse atteindre la communauté musulmane. La levée de la discorde et du désordre qu’implique la décision constitue un argument de force et de taille pour permettre aux légistes l'adoption de dispositions contraires aux dispositions coraniques. Dont acte. Enfin, cette transgression de la loi coranique n'aurait pas requis, selon nous, autant d'adhérents et une instance aussi importante (taqbilt ou confédération de tribus), si elle n'était pas ressentie comme telle, et d'autant mieux supportable qu'elle serait partagée par tous. Ce fait est d'autant plus remarquable que les articles concernant l'exhérédation des femmes sont les seuls à avoir un statut fédéral puisque, comme l'on sait, 1’emprise des qanouns est limitée au territoire du village.

 

GAHLOUZ_Les Qanouns kabyles_2011_couv.jpgMustapha GAHLOUZ

 

Les Qanouns kabyles

 

 

Éditions L’Harmattan

 

Paris. 2011

 



[1] D’ailleurs, dans l’Arrondissement de Tizi-Ouzou, lui-même, un certain nombre de tribunaux appliquent le droit musulman à leurs justiciables kabyles en ce qui concerne le statut successoral et que, dans le village de Beni Hinoun dans la commune de plein exercice de Tizi-Ouzou et le village de Aït Sellan de la commune mixte du Djurdjura, le principe de la vocation héréditaire de la femme est admis.

HACOUN-CAMPREDON P. 1921. Page 31

 

[2] HANOTEAU A. et LETOURNEUX L. 1893(1873). Pages 417-418

 

[3] Procédure que G. Tillion résume de façon humoristique, mais néanmoins vraie, distinguant trois manières d'évincer les femmes en matière d'héritage :

- premier degré : on applique le Coran. Nous sommes alors chez des gens très dévots, chez  des nomades ou dans une filiation matrilinéaire (Hoggar)

- deuxième degré : on viole le Coran mais en se donnant la peine de chercher à tromper Dieu en l’instituant comme héritier. On reconnait à cela l'Aurès oula PetiteKabylie.

- troisième degré : pas de habous, pas de Coran, rien aux filles, rien à Dieu : nous sommes maintenant chez les hommes de Grande Kabylie.

TILLION, Germaine. Le Harem et les cousins. Éditions du Seuil,  Paris 1966. Pages 177-178.

 

[4] Le texte sur lequel nous nous basons est rapporté par Hanoteau et Letourneux dans le tome III de leur ouvrage  "La Kabylie et les coutumes kabyles". Le texte original fut retrouvé selon Basagana et Sayad en 1868, et une version fut publiée en 1895 par Patorni. Il est extrait de la "Revue Africaine", bulletin des travaux de Société Historique Algérienne. N°219, 1895. Page 315.

BASAGANA R. et SAYAD A. Habitat traditionnel et structures familiales en Kabylie. Alger, C.R.A.P.E., 1974. Pages 91-95.

Voir aussi : SAYAD A., "Aspects juridiques du droit d'entretien et de l'exhérédation des femmes dans la coutume kabyle", in TISURAF N° spécial. 4-5. 1979. Pages 196-204.

[5] Un extrait du qanoun de Flisset Oumlil explicite cette notion de fitna (discorde) : Lorsque la coutume est établie, celui qui y contrevient ouvre une large porte entre les musulmans, et est prêt à faire la guerre civile. Or le Dieu tout haut a dit « la guerre civile est plus mauvaise que le meurtre. »

 

31/12/2012

La vengeance du mort (Amar METREF) extrait

 

Chapitre quatorze du livre :

 

        La Kabylieest une vieille terre de traditions. Autrefois, elle avait la réputation de pratiquer des coutumes très sévères. Et, bien que le sens de l'hospitalité fût l'une des vertus cardinales de ses habitants, il n'en demeurait pas moins qu'aucun étranger ne pouvait s'aventurer dans un village sans une sorte de caution morale dont il devait donner la preuve dès l'entrée. Dès qu'il abordait l'agglomération, il était immédiatement repéré et accosté par l'un des habitants pour s'enquérir de l'objet de sa visite, de sa destination et, par la même occasion, de son identité. L'accueil était, bien entendu, fait avec courtoisie, mais l'étranger devait sentir l'obligation de se faire identifier. Lorsqu'il s'agissait d'un marchand ambulant que sa profession autorisait à pénétrer dans les villages, on le dirigeait vers la place publique où s'effectuaient les trocs et les achats ; mais quand c'était un visiteur qui se rendait chez un habitant du village, il lui suffisait de désigner son hôte pour qu'on le fît accompagner par un enfant ou un adolescent. Celui-ci le conduisait alors jusqu'à la demeure de son ami ou parent. Cette ancienne coutume peut, de prime abord, paraître contraignante ou chauvine, elle était en fait une mesure de protection de l'étranger lui-même. En réalité, c'était une manière de lui signifier que le village prenait en charge sa sécurité et d'écarter les méprises regrettables, génératrices de conflits insensés.

 

      Les trois compagnons connaissaient bien ces principes, et ils savaient en outre, de réputation, que Taghza était précisément l'un de ces villages où les traditions demeuraient vivaces. Pour éviter alors d'être interpellé, Rabah demanda au premier enfant rencontré de les conduire chez Saïd Ouhmed. Le petit gosse ne fut point étonné ni embarrassé. Au contraire. Il accepta même de faire ce service comme une personne qui avait pleinement conscience de répondre à un impérieux devoir. On devinait qu'il jouait son rôle de mentor avec la conviction de contribuer à la bonne renommée de son village. Il s'acquitta avec tact et dignité de sa mission.

Quand ils arrivèrent à la djemâa des Aït Lamine que le vieux Saïd ne quittait jamais, le gamin se chargea lui-même de faire les présentations.

      - Da Saïd ! Ces étrangers demandent après toi.

      - Je te remercie, mon enfant, ce sont des amis, répondit le vieux Saïd, qui souhaita la bienvenue à Rabah et ses compagnons. 

Les trois voyageurs s'installèrent à la djemâa. Et bien qu'elle fût vide, Saïd Ouhmed ne voulut point s'entretenir avec eux dans un lieu public à propos de leur visite. Quand on vient, comme eux, de loin, il est facile de comprendre que le sujet est sûrement très grave pour motiver un pareil déplacement. L'entretien nécessitait donc une discrétion totale. Il leur demanda la permission de s'absenter quelques instants, tout juste le temps de préparer la chambre d'hôtes. L'absence ne fut pas très longue en effet. Mais elle fut suffisante au vieil homme qui, sûrement, était habitué à ces visites impromptues pour apprêter une légère collation. En entrant dans la chambre des invités, les trois compagnons eurent l'agréable surprise de trouver une meïda bien garnie.

         - Mais, mon cher ami, lui dit Rabah, nous ne sommes pas venus pour festoyer. La question qui nous amène est trop grave pour songer à nous gaver.

         - Je le sais, mon très brave ami, je le sais. Mais il faut faire chaque chose en son temps. «La nourriture passe avant la prière», dit le vieux dicton. Il faut d'abord apaiser les démons de l'estomac pour avoir les idées plus claires. Tout en mangeant, ils bavardèrent de choses et d'autres, sans aucun rapport avec le sujet qui les préoccupait. Saïd Ouhmed les questionna sur un tas de points. Il demanda à chacun d'eux des informations sur de vieilles connaissances à lui. Parmi les anciens, il connaissait beaucoup de gens aussi bien à Agouni Net Selnine qu'à Targa. Malheureusement, la plupart des noms qu'il citait appartenaient à des hommes morts depuis longtemps. Même Rabah et le vieux Mohand ne se souvenaient que très vaguement de quelques-uns. Avedh, plus jeune qu'eux, n'en connaissait aucun. Il avait l'impression d'entendre une voix d'outre-tombe, tant les noms évoqués devant lui appartenaient à un passé lointain. Il les connaissait certes de réputation, mais ces noms appartenaient en fait aux récits légendaires du village. Cette irruption d'un passé plus qu'estompé dans les mémoires troubla Avedh qui commençait à douter de la lucidité d'un homme ainsi ancré dans un âge à jamais révolu. Il se demandait quel secours pouvait lui apporter cet homme fossile. Il cherchait même à éluder l'entretien pour lequel ils étaient venus lorsque, à brûle-pourpoint, le vieux Saïd posa la question :

         - J'espère que votre problème n'est pas aussi grave que vous le dites ?

         - Hélas, oui, répondit Rabah qui ne laissa le temps ni au vieux Mohand ni à Avedh de réagir. C'est une question très grave et très obscure que nous n'arrivons pas à résoudre. Nous avons besoin de tes lumières.

       - Je vous écoute alors. Dieu nous apportera son aide si nous œuvrons dans la voie dela Justice.

       - Amin ! Amin ! Répondirent les trois compagnons en chœur. Le vieux Mohand prit alors la parole et exposa en détail la mort mystérieuse de Saïd Ath Hamou. Saïd Ouhmed écouta sans interrompre le narrateur. Pendant que ce dernier parlait, le vieil homme taquinait de son doigt quelques grains de couscous qui étaient tombés devant lui. Il s'amusait à les faire rouler de gauche à droit et de droite à gauche. Ce petit geste mutin énerva Avedh qui l'observait. Il regarda le vieil homme avec l'intention de lui faire remarquer la gravité de leur problème. Mais, voyant que le visage du vieux Saïd reflétait une extraordinaire concentration, il se ravisa et laissa Mohand terminer son récit.

     - Si j'ai bien suivi, déclara Saïd Ouhmed, ce jeune homme n'a pas été victime d'une vengeance. D'après ce que vous me racontez, sa famille n'a aucune vieille dette de sang.

     - Aucune, confirma le vieux Mohand. Aussi loin que nous remontons dans le temps, nous ne trouvons rien de ce genre.

     - C'est très simple alors ! dit le vieux Saïd. Les trois compagnons sursautèrent et se regardèrent avec étonnement.

     - Très simple, dites-vous ?

     - Oui ! Très, très simple. Vous trouverez très vite le coupable si vous suivez à la lettre mes conseils. Aved n'en croyait pas ses oreilles. Il prit l'engagement d'appliquer scrupuleusement les instructions du sage. Saïd Ouhmed prit alors un ton réfléchi et dit :

     - D'abord vous devez délier la jeune veuve de Saïd et lui rendre sa liberté. …

 

 

 

METREF Amar_La vengeance du mort_2009.jpgAmar METREF

 

La vengeance du mort

 

Éditions Nounou

 

2009

 

 

 

Voir aussi :

http://djurdjura.over-blog.net/article-la-vengeance-du-mo...

 

26/12/2012

Noël à Aïth Manegueleth en 1898 (Fadhma AÏT MANSOUR)

 

Noël approchait ; nous nous préparions à le fêter dignement : nous apprenions des cantiques et les Sœurs faisaient des exercices à l'orgue. On chantait à l'hôpital ce qui s'appelait « la Messe Royale ». Le dimanche soir, on célébrait les vêpres, et le Père qui officiait me rappelait cette image demeurée dans ma mémoire comme une énigme : cette image d'ombre pleine d'illuminations, où un être habillé d'une manière spéciale se tournait, tenant une sorte de soleil dans ses mains. Longtemps, à Taddert-ou-Fella, je m'étais demandé ce que signifiait cette image féerique... Maintenant, je la comprenais : elle se rapportait à la chapelle très sombre des Ouadhias où l'on m'avait menée toute petite, à cette chapelle où brillait, dans l'obscurité, la lumière des bougies, et où le prêtre, vêtu des ornements sacerdotaux, tenait dans sa main l'ostensoir.

À la messe de minuit 1898, les Sœurs chantèrent des chants admirables (j'ai encore dans l'oreille la voix harmonieuse et puissante de Sœur Emmanuel entonnant le Minuit chrétien). Il y eut un réveillon : les religieuses firent bien les choses et tout le monde se régala. Chacune de nous eut une surprise.

J'étais devenue très pieuse ; il me semble qu'il y avait un peu de superstition dans cette piété : j'espérais entendre un jour les statues dela Viergeet du Sacré-Cœur parler et me dicter ma conduite. Je m'imposais à cette époque de longues stations à la chapelle, demandant ardemment à Dieu et àla Vierge Mariede m'aider et de m'ouvrir une porte dans l'impasse où je me trouvais.

Au fond de mon cœur, parfois, j'ai cru entendre cette parole du Chemin de la Croix: « Patience, mon enfant ! Patience ! Ne perds jamais confiance ! » Et même, j'ai songé sérieusement à me faire religieuse, comme ces Sœurs qui avaient sacrifié leur jeunesse pour l'amour de Dieu et des malheureux. Il y eut, à ce moment-là, beaucoup de conversions. Des hommes et des femmes d'âge mûr se firent chrétiens. Cela tenait, je crois, au fait que les Pères, à cette époque, étaient très généreux. Tous les ouvriers de l'hôpital, y compris le portier, voulurent abandonner l'Islam. Et la chapelle était pleine à étouffer tous les dimanches.

(DEBERNY)_Talalit n Sidna Aïsa.jpg

Je revois la neige, cette année-là, la neige plus épaisse qu’à Taddert-ou-Fella, car Michelet se situe à plus haute altitude que Fort-National. Je vois pendre du toit de très longs cierges de glace, si gros et si pointus qu'ils ressemblaient à de lourdes épées. Dans l'étroite lingerie, Soeur Chantal avait installé sa machine à coudre. Adossés aux casiers contenant le linge des malades, des bancs servaient pour nous asseoir. Soeur Chantal, dans une vieille bassine posée à terre, mettait quelques grosses braises recouvertes d'une épaisse couche de cendre. Parfois, une pauvre fille arrivait du dehors toute gelée ; elle grattait la cendre de ses doigts pour se les réchauffer. Alorsla Sœurqui s'en apercevait disait :

— Baise la terre !

C'était la punition infligée à toutes celles qui lui avaient désobéi : elles baisaient la terre et s'en retournaient à leur travail.

Je n'ai pas gardé de la neige de l'hôpital le même souvenir que de celle de Taddert-ou-Fella. Ici, plus de jeux, plus de boules de neige, plus de bonhomme, tout était morose, tout devait être fait pour Dieu et offert à Dieu ; aussi ai-je conservé de cette époque comme un goût de cendre.

 

 

AITH-MANSOUR-AMROUCHE_Histoire-de-ma-vie.jpgFadhma AÏT MANSOUR AMROUCHE

 

Histoire de ma vie

 

Éditions François Maspéro

 

Paris, 1968

 

 

24/12/2012

Réminiscences (Nadia AGSOUS et Boubekeur HAMSI)

Extrait de la préface :

 

(...) En2010, l'idée de la réalisation d'un livre-objet voit le jour. Au gré de son inspiration et de sa sensibilité, Nadia AGSOUS propose une libre interprétation, en prose et en vers, d'une série de mains réalisées par HAMSI Boubekeur.

En noir et blanc, en couleurs, levées, ouvertes, tendues, prêtes à donner, avenantes, souhaitant la bienvenue, symboles du don et du contre-don, de l’échange et du partage, ces mains ont insufflé des mots, des idées, des images, des scènes, des personnages. Elles ont libéré des envies, exorcisé des peurs, conjurer des craintes en donnant libre cours à des textes en vers et en prose qui suggèrent une promenade à travers les chemins raffinés du cœur. Des poèmes et des histoires qui chantent l'enfance. Racontent les tribulations d'un corps en transe. Célèbrent l'amour maternel. Affirment le refus de la domination masculine. Révèlent les rêves inavoués d'un peuple qui déambule dans les interstices d'un espace clos.

 

RÉMINISCENCES est né de la rencontre de deux sensibilités. HAMSI Boubekeur et son langage pictural qui suggère. Dit. Parle à notre sensibilité. Interroge nos perceptions. Et nous bouleverse dans le plus profond de notre être. Et Nadia AGSOUS et ses petites histoires, mi-tendres, mi-amères, aux allures tantôt rebelles tantôt déjantées qui mettent à nu les errances d'un imaginaire qui court à perdre haleine dans un lieu de partage, un espace ouvert sur un monde où la vie est ses possibles utopies parlent. Gesticulent. Crient. Halètent. Suffoquent...

Ecoutez… Ecoutez, les sonorités du chant sacré de leurs secrets chuchotés. Le silence étourdissant de ces mains ouvertes qui s'offrent sans pudeur à ces mots découverts vous entraîne vers d'autres humanités possibles !

 

 

En exclusivité :

 

J'aime...

J’aime la semence des hommes parfumée comme la fleur d'oranger qui vient d'éclore

J’aime la semence des hommes qui irrigue la terre de son suc à la douce saveur du miel.

Ô toi,

Fils du vent qui souffle sur ce jardin de lumière, d'or et d'argent !

Prends-moi !

Prends-moi !

Et ensemble allons marcher sur les traces de la vie qui fouille et déterre les souvenirs des jours heureux.

Corps à corps, allons renouer les fils de cette histoire qui s'est perdue dans les ténèbres de l'obscurité du mystère.

Homme d'amour et de volupté, entends-tu l'appel du ciel bleu-cristallin ?

Parées de leurs plus beaux atours, la lune et les étoiles s'apprêtent à fêter leurs noces d'or dans la lumière éblouissante de l'aurore

 

Réjouissons-nous !

 

AGSOUS+HAMSI_Réminiscences_couv1.jpgNadia AGSOUS

Boubekeur HAMSI

 

Marsa Éditions

À paraître